Malte : quelques photos

Comme je le dis à tout le monde, mais que personne ne me crois, je répète : pas le temps de faire du tourisme 😡

La plage ? Je ne vois que des rues embouteillées, des immeubles en reconstruction, des rues en travaux… L’aire urbaine de Malte est un chantier permanent. Car je passe mon temps à prendre le bus pour me rendre d’une entreprise à l’autre, sous la pluie toujours… Comptez en moyenne 50 minutes pour chaque trajet, la journée est vite passée, on n’a l’impression de ne pas avoir fait grand chose, mais on est lessivé… Et en rentrant il faut gérer quelques dossiers urgents, car en France la vie continue 😉 Vive les ordis portables, les téléphones mobiles et la 4g ! En fait je peux pratiquement tout coordonner à distance !

Mais Malte c’est aussi de belles rencontres : les futures familles d’accueil des élèves, où l’on prend le temps de vous recevoir, de discuter, de boire un thé ou un café; ce chef d’entreprise, qui me parle de sa fille devenue médecin grâce à des études suivies en Angleterre, et qui culpabilise presque de consommer l’argent de l’Union sans vraiment contribuer… Mais Malte se développe et contribuera dans le futur ! Les Anglais n’ont pas eu de remord lorsqu’ils ont colonisé cette petite île… Ils se devaient bien d’accueillir une jeune étudiante et de la former (et sûrement pas gratuitement en plus) Bref je vous décris là une très belle expérience humaine. Je pense qu’il faudrait rendre obligatoire pour chaque élève européen au moins un séjour dans l’un des pays de l’Union durant sa scolarité. Notre Europe ne tourne peut-être pas très rond, mais ce n’est pas à en abandonnant le navire qu’on va arranger les choses !

Bon pour ce qui est des plages et des beaux monuments de la Valette, que j’ai pourtant sous les yeux tous les matins en me levant, il faudra attendre que je revienne avec une casquette de touriste ! Allez, voici tout de même quelques clichés :

Petite touche britannique à la mode méditerranéenne

Me voilà 3 jours à Malte en séjour professionnel pour prendre les contacts dans le but d’organiser les stages de mes élèves. Après un voyage sans encombre LYS->MLA (vol KM455), je découvre Malte by night.

Autant l’île parait petite quand on la survole avant l’atterrissage, autant, une fois dans le taxi, c’est une grande aire urbaine qui se dévoile entre Luqa (Aéroport) et Sliema, mon lieu de villégiature pour ces 3 jours. 1400 habitants au km², il ne fallait pas s’attendre à autre chose ! Ce sont des enchainements d’immeubles le long de petites ruelles étroites, qui contemplent les files de voitures embouteillées…

Me : « Plenty of cars in Malta ! » – Taxi driver « Morrllle than people ! »

Pour l’instant, pas de difficulté dans la pratique de l’anglais, notamment pour la compréhension (mon point faible). Cet anglais aux accents méditerranéens me convient bien ! Ça change du nord de l’Angleterre industrielle…

Ci dessous quelques clichés britannico-méditérannéens, qui réveillent en moi le souvenir d’une autre île, un plus au Nord. Alors voici un mini résumé de quelques cent années de colonialismes :